Reservistes.fr

Citoyens, pour la patrie, l'honneur et le droit.

Ukraine : la solidarité aux frontières

Photo : Daniel-Leal – AFP

Ceci est une publication du Secours Populaire :

Le 24 février, la guerre est déclarée en Ukraine et sa population fuit la violence des bombes. 1 million de personnes sont déplacées, près de 800 000 ont cherché refuge dans un autre pays. La situation humanitaire est dramatique. Ce même 24 février, le Secours populaire prend attache avec ses partenaires en Ukraine et en Pologne afin d’imaginer avec eux des programmes d’aide aux populations, demeurées dans le pays ou réfugiées aux frontières moldave, polonaise et slovaque. Il a débloqué un fonds d’urgence de 50 000 euros et s’apprête à envoyer deux missions sur place. L’Ukrainienne Liudmyla Havryliuk, présidente de Four-Leaf Clover et le Polonais Sergo Kuruliszwilli, directeur du PKPS, partenaires du Secours populaire, témoignent. 

Reportage:

Le 24 février, le bruit des bombes réveille la population ukrainienne, révélant que le conflit entre l’Ukraine et la Russie, qui depuis 2014 fait rage à l’est du pays dans le Dombass, s’est mué en une guerre déclarée. C’est le réveil d’un peuple qui a, jusqu’aux derniers instants, refusé de croire qu’une telle extrémité puisse être atteinte et que la violence l’emporterait – un peuple que le choc et la terreur saisissent d’un coup. Ce même jour, le Secours populaire prend attache avec son partenaire sur place, l’association de solidarité Four-Leaf Clover. Tandis que la panique s’empare d’un pays qui devient le théâtre de files d’attente interminables devant les stations-services et les magasins, de banques désertées et de longs cortèges d’exil le long des routes, le travail de solidarité internationale se met en place. Depuis 2019, le Secours populaire et Four-Leaf Clover (FLC) travaillent ensemble sur des programmes de soutien aux familles pauvres d’Ukraine dont la fragilité s’est accentuée avec la crise économique liée au Covid-19, avec une attention particulière aux enfants, souffrant de la misère ou orphelins. Liés par cette expérience et par les valeurs communes d’une solidarité inconditionnelle et soucieuse de la dignité, ils imaginent dans l’urgence un programme d’aide pour les populations civiles de la région méridionale d’Odessa, où est implantée l’association.

La majorité des Ukrainiens n’ont pas les moyens de s’enfuir

« Odessa est le principal port de l’Ukraine, tout près de la frontière moldave et près aussi de la frontière roumaine. C’est un endroit stratégique et c’est ce qui fait qu’il a été intensément bombardé », témoigne Liudmyla Havryliuk, présidente de FLC. « Il y règne une situation de chaos. Il y a ceux qui souhaitent quitter le pays et alimentent la file d’attente à ciel ouvert, de près de 80 km de long, qui s’est formée le long de la frontière. Il y a ceux qui fuient les bombes et cherchent un abri pour sauver leur vie. » Liudmyla raconte le piège qu’est devenu son pays et qui s’est refermé sur ses habitants ; elle raconte les avions de ligne qui ne volent plus et les voitures à l’arrêt ; les quais de métro, les souterrains et les caves dans lesquels se terrent des milliers de personnes. Elle raconte le fracas des tirs de roquette et des bombes. Il y a ceux qui tentent de se rapprocher de leur famille, il y a ceux dont le dernier espoir est de rejoindre la frontière et il y a ceux – la majorité des Ukrainiens – qui n’ont même pas les moyens de s’enfuir. L’ONU estime à 12 millions le nombre de personnes qui ont aujourd’hui besoin d’aide en Ukraine et le nombre de déplacés internes à 1 million (Libération, 2 mars 2022). « Ils restent dans le pays, au sein de leurs villes et villages, dans la plus totale insécurité et ne possédant plus que l’espoir de survivre. Et ces gens ont besoin de notre aide. »

Il y a ceux qui souhaitent quitter le pays et alimentent la file d’attente le long de la frontière. Et il y a ceux qui fuient les bombes et cherchent un abri pour sauver leur vie. 

Grâce au soutien du Secours populaire, FLC s’apprête à venir en aide à plusieurs centaines de familles, soit réfugiées dans les camps près de la frontière moldave, soit résidant dans cette région du sud d’Odessa. Le soutien et les liens tissés avec de nombreux partenaires (commerces, entreprises ainsi qu’ONG internationales, telles le Secours populaire) et les autorités, tant ukrainiennes que moldaves, seront précieux. Dans les jours qui viennent, les volontaires de l’association vont remettre aux familles des vivres, des produits d’hygiène ainsi que toute l’humanité qu’il leur sera possible de prodiguer en une situation où celle-ci semble s’évanouir. Les psychologues et les médecins de l’association se mobilisent pour soutenir ces populations traumatisées. « Nous pouvons compter sur notre réseau de bénévoles, qui consacre tout leur temps et ne compte aucun de leurs efforts pour témoigner leur solidarité, leur empathie à toutes ces personnes afin qu’elles ne perdent ni leurs forces, ni leurs espoirs », affirme, décidée, Liudmyla.

Des réfugiés désespérés, morts d’inquiétude, transis de froid

Au nord-ouest du pays, à la frontière polonaise, un autre partenaire du Secours populaire se démène : le PKPS (Polski Komitet Pomocy Spolecznej – comité polonais d’aide sociale). Ses bénévoles apportent, depuis le tout début de la guerre, des produits de première nécessité à des milliers de familles ukrainiennes. Pour certaines d’entre elles, une cinquantaine, ils parviennent à offrir un hébergement dans leurs centres. Ce sont plus de 700 000 personnes qui ont déjà fui l’Ukraine, en grand majorité des femmes, des enfants et des personnes âgées, annonce le Haut-Commissariat aux Réfugiés, les hommes entre 18 et 60 ans étant réquisitionnés pour l’effort de guerre. Selon la Commission européenne, ces réfugiés, qui pourraient atteindre le nombre vertigineux de 7 millions, se dirigent majoritairement dans les pays frontaliers tels la Moldavie, la Roumanie, la Slovaquie et, donc, la Pologne, première destination, accueillant à elle seule près de la moitié des réfugiés ukrainiens…

Source et article complet : secourspopulaire.fr

Rédigé par : Pierre Lemarchand

Mis à jour le : 02/03/2022

Image : Urgence Ukraine – Daniel-Leal – AFP

Secours populaire français

« Le Secours populaire français est une association à but non lucratif régie par la loi de 1901. Elle est reconnue comme établissement d’utilité publique, agréée d’éducation populaire, et association éducative complémentaire de l’enseignement public. »